overwatch-league

Une Équipe du tonn’hair pour la coupe du monde d’Overwatch

Une Équipe du tonn’hair pour la coupe du monde d’Overwatch

Les événements Overwatch en public sont passionnants pour tout un tas de raisons. Tout se passe juste là, sous nos yeux ; les émotions crépitent dans l’air comme de l’électricité statique. Visuellement, c’est aussi l’occasion pour les joueurs d’afficher leur style personnel, dans la mesure du raisonnable. Mais il y a un petit souci : quand tout le monde porte le même maillot et est assis derrière un bureau qui cache toute la partie inférieure du corps, la seule chose visible par le public pendant 90 % du match (hors entrées en scène, pause à la mi-temps et poignées de main) est la tête des joueurs, et donc leurs cheveux.

Il en va de même pour d’autres sports, bien sûr. Internet regorge de petites boutiques dédiées au style capillaire des joueurs de basket, de foot, et autres athlètes olympiques. Alors comment s’en sortent les meilleurs joueurs d’Overwatch au monde ? Qui pourrait faire partie de notre Équipe du tonn’hair pour la coupe du monde d’Overwatch ?

Il s’agit là d’un exercice mental des plus sérieux, dont voici les règles :

  • La réussite a son importance, les candidats doivent donc jouer pour un pays ayant atteint le Top 8
  • Les joueurs doivent faire partie de l’effectif retenu pour la BlizzCon (adieu, Saebyeolbe)
  • On ne sait toujours pas si le hot dog fait partie des sandwichs, mais la barbe compte pour la coiffure
  • Je refuse tout débat à ce sujet

Il ne nous reste donc que 56 joueurs au sein de huit équipes à étudier, et les résultats sont mitigés. La Corée du Sud est donnée favorite, mais si elle parvient à remporter un troisième titre d’affilée, ce ne sera pas avec des coupes mémorables. Et si les Australiens forment l’équipe la plus fun du lot, toujours prête à prendre une photo de groupe en combinaison kangourou, cet esprit d’aventure ne donne pas grand-chose au niveau capillaire. Nous ne sommes pas à l’abri de quelques surprises ce week-end (je ne demande pas mieux), mais pour le moment, je ne peux parler que de ce qui existe déjà.

Voici donc notre Équipe du tonn’hair ! Son effec’tif n’est pas complet, vu qu’elle ne compte que quatre joueurs, mais bon, c’est à ça que sert la fonction Recherche d’escouade.

Shane « Rawkus » Flaherty, États-Unis

Où se trouve l’essence de la sélection américaine ? Dans son style de jeu agressif, qui entraîne ses adversaires dans un tourbillon ? Dans sa jeunesse, avec Indy « Space » Halpern et Jay « sinatraa » Won dont le jeu n’a pas attendu les années pour mûrir, et qui ont attiré l’attention de toute la communauté Overwatch ?

Ce sont des possibilités intéressantes, appuyées par les statistiques et la logique, mais ce dont il est question ici, c’est d’énergie cosmique à l’état pur. Et pour ça, inutile de chercher bien loin : arrêtons-nous sur Rawkus, nommé officiellement Meilleure Tignasse de la coupe du monde. Outre son expérience et ses talents de meneur, essentiels à toute équipe, il dispose surtout de l’une des coiffures les plus reconnaissables de la scène actuelle.

Pour commencer, la crinière asymétrique offre des perspectives passionnantes. Quand on regarde son profil gauche, on voit une base sombre et courte et une barbe fournie, un look d’homme des bois qui a connu son heure de gloire tout au long de l’histoire grâce à des généraux de la guerre de Sécession, des acteurs sur le retour et tous les joueurs de hockey pros passé le mois d’avril. Mais voilà qu’il nous montre le côté droit et qu’on aperçoit la longue mèche décolorée qui, selon l’occasion et l’heure de la journée, peut ressembler soit à une barbe à papa tout en légèreté, soit à un soufflé à moitié écroulé.

Retournons sur la gauche, mais avec un angle de 45°. Plissez un peu les yeux. Bon, un peu plus fort. Imaginez une auréole, peut-être une paire d’ailes de Valkyrie légèrement floues. Ça alors ! Ange a un frère porté sur le grunge !

C’est là toute la beauté de la chevelure de Rawkus. Elle peut être tout ce dont j’ai parlé, ou rien de tout cela : elle se prête à toutes les interprétations. Chacun d’entre nous, à un moment ou à un autre, quoi que nous pensions de l’équipe des États-Unis ou de Houston Outlaws, doit faire face à cette question, qui a exactement la profondeur qu’on veut bien lui donner : « que voyez-vous dans le test de Rorschach des cheveux de Rawkus ? »

Benjamin « BigGoose » Isohanni, Finlande

Il existe en Finlande un concept appelé sisu, un mélange de persévérance, de cran et de détermination grâce auquel on peut survivre aux hivers les plus rudes, qu’il s’agisse de météo ou de psychologie. Si le sisu ne peut pas vraiment s’incarner dans des attributs physiques (il évoque davantage l’image mentale d’un poing serré que celle d’un cri rebelle), on en retrouve cependant un écho dans la façon dont les Finlandais jouent à Overwatch. Après tout, on parle de l’équipe qui a conduit la Corée du Sud jusqu’à une cinquième carte à Incheon, contre toute attente, et s’est emparée d’une place au sein du Top 8 alors qu’elle n’y était pas arrivée l’an dernier.

La sélection finlandaise est composée de vétérans, dont quelques noms particulièrement respectés sur la scène pro d’Overwatch, et quelques coupes de cheveux particulièrement respectées aussi. De fait, il s’est avéré extrêmement difficile de choisir un unique représentant de cette puissance folliculaire mondiale. (Les autres bons candidats de la liste comprenaient Joona « Fragi » Laine, sa barbe drue et son chignon, ainsi que Joonas « Zappis » Alakurtti et sa version hipsterisée du même look.) Notre Équipe du tonn’hair aurait bien pu compter une majorité finlandaise, mais afin d’obtenir une (quasi-)égalité dans la représentation de chaque pays, c’est à BigGoose que revient l’honneur de porter le flambeau national.

Regardez les photos de BigGoose quand il jouait pour Team Gigantti. Ses boucles étaient beaucoup plus courtes et disciplinées à l’époque : un agneau de six mois, jamais tondu. Quand il a signé avec Los Angeles Gladiators, ses cheveux avaient déjà pris de la hauteur et de l’ampleur, et depuis, ils n’ont jamais… cessé… de pousser. On aurait pu trouver bien des façons de décrire la coiffure de BigGoose pendant la saison de l’Overwatch League : un buisson, un petit cumulus rebondi, une permanente de mamie réinterprétée par un jeune homme, le cinquième frère Jonas.

Mais à présent, nous voilà à la coupe du monde d’Overwatch. Les cheveux de BigGoose échappent à leur filet invisible et semblent enfin ressentir les effets de la pesanteur (des attentes ?) et adopter une forme qui se passe de superlatifs. Associés à une barbe mal définie, ils donnent à voir une version plus libre du joueur, sans contraintes, ce qui ne peut être qu’une bonne nouvelle pour la Finlande avant son quart de finale face à la Chine.

Vous savez ce qu’on dit : plus on a de cheveux, plus on a de sisu.

Lucas « NotE » Meissner, Canada

Il arrive un moment où, après des heures à étudier le sujet, l’identification des meilleures coupes de cheveux d’un tournoi semble perdre tout intérêt. Quelle idée j’ai eue, me disais-je en passant en revue les coiffures tout juste pratiques, les effets à la mode omniprésents, les franges hirsutes qui cachent le front des gamers du monde entier. Désolée, mais de nos jours, on a des façons plus audacieuses d’exprimer sa personnalité que de se faire une undercut pour l’été.

Prenons l’équipe du Canada. Qu’avons-nous ? Trois coupes courtes très classiques et trois teintures blondes. Il faut avouer que le platine arboré par Lane « Surefour » Roberts est plutôt sympa, une sorte de Rawkus version allégée, mais pour ce qui est d’innover, on a vu mieux.

C’est peut-être pour ça que l’œil est naturellement attiré vers NotE. Pour commencer, son blond vénitien a quelque chose d’innocent. Ce n’est pas le roux vif de l’Australien Felix « CKM » Murray, mais c’est une couleur que l’on retrouve dans les tableaux de la Renaissance, à côté de corbeilles de fruits, d’esprits des bois ou de fraises surdimensionnées (voire de tout cela à la fois).

Ensuite, il y a la forme : pas vraiment une coupe au bol, pas d’angles clairement définis, une texture surprenante, une raie sur le côté qui nécessite forcément plus qu’un coup d’œil rapide dans la glace le matin, une longueur inhabituelle sans être ingérable. NotE semble avoir trouvé le juste milieu entre le pragmatisme et la coquetterie, avec le genre de coiffure qu’on pourrait voir sur le milieu de terrain d’une grande équipe de foot. Une sorte de Luka Modrić, la sueur en moins.

Si on y réfléchit, ça convient bien à un joueur de D.Va comme NotE. Le rôle de tank secondaire est relativement discret, mais il a un potentiel explosif à ne pas négliger, et il sert plus ou moins de relais entre l’arrière-garde et les joueurs offensifs. Parfois, c’est à s’arracher les cheveux. Mais NotE s’en sort à merveille.

Xianyao « Yveltal » Li, Chine

Dans Overwatch comme dans la vie, la simplicité est parfois un plus. L’équipe de Chine en a offert un bon exemple en adoptant une approche mesurée lors de la phase de groupe de Bangkok et en conservant ses ultis dès que c’était possible, afin d’être toujours prête pour le combat de groupe suivant. Cette année, sa stratégie capillaire était aussi tout en retenue : un mélange éprouvé de permanentes et de coupes au bol, avec une seule tête décolorée, chez Yangjie « Shy » Zheng. Junjian « Sky » He, qui arborait généralement des cheveux clairs, est passé à un noir austère, laissant la vedette à ses lunettes et à son jeu fabuleux avec Ana.

C’est son partenaire en soutien, Yveltal, qui a pris le relais avec une frange courte originale et des tempes tondues très haut. Bévue de coiffeur ou bandes décoratives d’une discrétion sans égale ? On ne le saura peut-être jamais, et c’est tant mieux. Parfois, il vaut mieux laisser au spectateur le soin d’interpréter une œuvre d’art.

Cette coupe est pleine de malice. Les côtés tondus descendent vers l’arrière : de dos, on a presque l’impression d’une crête, et les écouteurs se logent dans des poches confortables. Cet aspect adoucit la sévérité de la frange, qui est plus polyvalente qu’elle n’en a l’air. En la brossant sur le côté ou en la maintenant en l’air avec du gel, on peut obtenir un effet très différent.

De fait, Yveltal nous offre là un Spock version punk au visage de jeune moine. Dans un univers alternatif, il serait l’acolyte adulé par les fans d’un comics à succès, et on parlerait d’une série dérivée à son nom. Dans notre univers, il s’efforce de remporter une médaille d’or à la BlizzCon. Mais l’aura est la même.

La galerie des espoirs

Si ces quatre joueurs sont ce qu’on verra de mieux à la BlizzCon, de nombreux candidats méritants ont hélas été rendus inéligibles par l’absence de leur équipe au sein du Top 8. Mais peu importe leur palmarès de cartes, la victoire capillaire leur sourit à tous.

Oliver « Eclipse » Nguyen, Autriche

15 ans seulement, et déjà une légende à bien des égards.

Yuma « dep » Hashimoto, Japon

En voilà de belles bouclettes. Presque aussi classes que son jeu avec Fatale.

Jørgen « Decod » Myrlund, Norvège

La coupe de cheveux à la mode et la barbe authentiquement scandinave, pour un look entre tradition et modernité.

Teetawat « Teetawat » Teerayosyotin et Pongphop « Mickie » Rattanasangchod, Thaïlande

Teetawat est passé au platine et Mickie à l’argent. Une belle cohésion d’équipe.

Hugo « SharP » Sahlberg, Suède

Ce n’est pas le chignon le plus compact qu’on ait vu pendant les phases de groupe, mais c’est celui qui avait les proportions les plus agréables, sans barbe pour détourner l’attention.

Mats « sab » Bauer, Pays-Bas

La mèche relevée se la joue surfer, et le bandana orange est là pour rappeler les couleurs nationales et pour retenir la transpiration.

Lorenzo « Midna » Nulli, Italie

Même le port de la casquette n’arrive pas à canaliser le volume de cette crinière majestueuse. On peut connaître les soins qu’il utilise ?

Rejoignez le comité d’observation capillaire du Top 8 de la coupe du monde d’Overwatch lors du lancement des quarts de finale, vendredi à 20h15 (heure de Paris). Que vous assistiez à la BlizzCon en personne ou que vous suiviez les matchs de chez vous, ne ratez pas une miette de l’action grâce à la diffusion en direct dans votre langue et au compte Twitter @owpathtopro.
Article suivant
World of Warcraft
3 j.

WoW Classic : boss hors instance et système d’honneur JcJ disponibles

Tenez-vous prêt à relever de nouveaux défis dans WoW Classic : le système d’honneur JcJ ainsi que deux boss hors instance, le Seigneur Kazzak et Azuregos, vous attendent !